À Morlaix, le chant des sirènes a charmé Zag

source: le telegramme / Philippe Monot

Organiser un festival de street-art reconnu comme étant de haute volée en deux éditions par les meilleurs street-artistes et y participer soi-même n’est nullement incompatible. La preuve avec la sirène peinte par Zag quai de Tréguier. À ceci près que le modèle existe vraiment. La sirène de Zag, quai de Tréguier, existe vraiment. C’est Ingrid, née à Vannes et Miss Mermaid internationale depuis 2016.Cette année, Zag est organisateur avec Mx Arts Tour du festival éponyme. On ne le présente plus, sauf pour préciser qu’il a commencé à graffer à l’adolescence, expérimentant toutes les techniques graphiques et artistiques imaginables. Parmi ces techniques, peu accessibles au profane, le pinceau. Toutefois : « Travailler au pinceau prend un temps fou, tellement on est dans le détail et l’hyperréalisme. Le résultat peut être magnifique, mais je trouve que ça fait passer l’âme qu’on met dans sa peinture au second plan. Alors qu’à la bombe, on a un mouvement fluide qui peut aussi suggérer une certaine forme de mystère ».

Des œuvres disséminées dans tout Morlaix Depuis, les rares fois où il n’a pas une bombe à la main, c’est pour s’occuper d’autres street-artistes, envers lesquels il nourrit parfois une franche admiration. Chez lui, pas d’ego mal placé mais une réelle humilité qui l’aide à progresser sans cesse, comme on le voit au travers des œuvres qu’il dissémine dans tout Morlaix. Car, ne nous y trompons pas, lui aussi sait manier la bombe… à peinture.

Les sirènes existent Les Morlaisiens connaissent sa Brigitte Fontaine, dans la venelle au Son, ou plus récemment son hommage au film Casablanca ou à Star Wars, sur les murs du Rialto, ainsi que son rat respectant les gestes barrière, l’attestation dérogatoire dûment remplie à la patte et son renard cyborg, sur les murs de l’ancien garage Ford. Autant de graffs qui permettent de constater que sa palette de talents et son imaginaire sont pour le moins riches, de toute évidence. Cette fois, dans le cadre du Mx Arts Tour 2021, le street-artiste semble avoir succombé au chant des sirènes, et plus précisément à celui d’une certaine Ingrid, née à Vannes, Miss Mermaid internationale depuis 2016 et qui prouve au quotidien que les sirènes existent. MX Arts Tour 2021 Soutenez une rédaction professionnelle au service de la Bretagne et des Bretons : abonnez-vous à partir de 1 € par mois. Je m'abonne


Notre sélection d'articles pour comprendre le dossierMx Arts Tour 2021

À Morlaix, l’artiste sicilien Alberto Ruce a ouvert le Mx Art Tour 2021

Le Morlaix Graffiti Tour fait des émules à Carantec

Mx Arts Tour : la fresque s’est dévoilée à Plounéour-Ménez

À Morlaix, le chant des sirènes a charmé Zag

À Morlaix, la démesure et le talent des graffeurs Niels et Kaspar

Mx Arts Tour 2021Consulter le dossier