Morlaix. Il y aura une 3e édition du Graffiti Tour à l’été 2021

Source : Ouest France


L’été 2021 aura son parcours de fresques, à travers toute la ville de Morlaix (Finistère), mais aussi sans doute dans les autres communes de l’agglomération. En hyper-centre, les œuvres pourront finalement rester trois ans.

En un peu moins de quatre jours, l’été 2020, l’artiste Rast a réalisé sa fresque « Itinéraire », place du Dossen. En un peu moins de quatre jours, l’été 2020, l’artiste Rast a réalisé sa fresque « Itinéraire », place du Dossen. | ARCHIVES OUEST-FRANCE

Les équipes changent mais certains projets restent, à l’image du Graffiti Tour, lancé sous le mandat d’Agnès Le Brun en 2019. Dans l’esprit des deux premières éditions, il s’agira de poursuivre cette écriture avec neuf nouvelles œuvres​, annonce André Laurent, adjoint à la culture à Morlaix (Finistère), lors du conseil municipal qui s’est tenu jeudi 1er avril 2021.


Réalisées en juin, elles pourront avoir pour cadre différents quartiers de Morlaix, dont Ploujean. Nouveauté cette année, des artistes devraient également intervenir dans d’autres communes de l’agglomération.


Pour 3 ans ou « beaucoup plus longtemps »


Dans le centre historique de Morlaix, les œuvres devaient théoriquement rester un an maximum, mais un accord avec l’architecte des bâtiments de France a permis de porter cette durée à trois ans. Concernant les autres secteurs en revanche, les fresques pourraient rester beaucoup plus longtemps​, précise André Laurent.



La première œuvre qui sera effacée, en 2022, sera celle située au 48, rue de Brest. | ARCHIVES OUEST-FRANCE


Lors du conseil, une convention tripartite a formalisé le partenariat entre la Ville, les Ateliers du Graff et l’association Takad Grafañ/zone à graffer, dont est membre Georges Zannol, connu sous le nom d’artiste Zag, directeur artistique de l’événement.

La convention indique notamment que les artistes sont invités à s’exprimer librement ​dès lors qu’ils sont en conformité avec la loi et n’enfreignent pas l’ordre public. Des graffeurs de renommée internationale ​sont annoncés par le maire.




Cette signature de convention a, une fois n’est pas coutume, fait l’unanimité en conseil, Agnès Le Brun saluant une très bonne nouvelle pour la ville​, rendant possible une offre culturelle quel que soit le contexte sanitaire.